Le Rhône – 69

Diapositive71

  • Agriculture

 

  • Elevage, pisciculture et pêche

 

  • Entreprises de transformation de produits alimentaires

 

  • Commerce de détails et maraichers

 

  • Boulangerie – Pâtisserie – Confiserie – Chocolaterie

 

  • Boucherie – Charcuterie – Traiteur

 

  • Vente et/ou fabrication beurre, œufs, lait et fromages

 

  • Fleuristes, composition et conditionnement floral, entreprises en espaces verts

 

  • Entreprise de décoration, produits et objets de la maison et de la table

 

  • Sociétés et entreprises de fabrication et ventes de produits régionaux

 

  • Hôtellerie – Restauration – Maisons d’hôtes

 

  • Cafés concerts, bars à thèmes, caves à vin.

 

  • Commerce du livre, secteur de l’édition, de l’innovation, des arts et de la création

Michel ASTI sur FB

Est-ce ou fut-il temps…, de connaitre le TÎTRE avant de commencer à écrire sur le    SUJET ?

Bonjour, les curieuses, y tout, les curieux

Sachant que les peurs, l’inconscience ou les certitudes individuelles, quant à ces choses de la vie n’ont et ne sauveront jamais personne. Mais sait-on que taire toutes relations en échange de savoirs quant à la réalité d’un présent interactif ne saurait, en aucune orthodoxie – us & coutumes – engendrer imaginaire attractif autorisant étude du véritable sens d’une curiosité utile à penser le libre-arbitre comme une dissertation entre liberté d’être et accords en attachement d’une historiographie bordée au courant d’un potentiel futur respectueux du temps des actions concertées, voire attentionnées…

Je souhaite, en cette fin de manuscrit, soumettre à l’analyse, de celles et ceux ayant réussi à accéder au baccalauréat, ainsi qu’à autres, n’ayant pas eu, pour ‘’X ET/OU Y’’ raisons, causes et devises, possibilités pour entrer ou facultés à y arriver. Le sujet de réflexion est défini à la fin du paragraphe suivant. Il va de soi, pour celles et ceux n’ayant pas réussi à concourir pour éventuelle accession ; à autres flux d’apprentissages grâce à un bac, scientifique, littéraire, technologique… ; etcétéra… – j’en fais partie – qu’aucune différence de classe ne les notera, en entrée de civilités, comme, étant toutes et tous, des cancres ignorant ces choses de la vie et du monde naturel du et des vivants… Etant défini, en premier abord, qu’il en fut, pour nombre non négligeable, d’un utilitarisme de positions circonstancielles, une nécessité de retransmission népotique, envers cet objet servant les portes de procuration, au nom de nouveaux horizons, intellectuels et matériels, que les apparatchiks, n’ont souvent, eux-mêmes, pas réussi à franchir… ; pour arriver à se rapprocher de ce qu’il en est d’un bonheur particulier, dont le but collectif ne fut jamais défini. J’en serai, donc, aise à pouvoir lire dissertations quant à propres conditions liées aux avantages pragmatiques accoquinés à ce passeport pour l’avenir… ; continuellement incertain. Sachant, également que nos savoirs personnels, entre voies innées et voix d’acquisition ont commencé dans le bac à sable, puis pour les plus songeurs, le bac à fleurs…

Pour mes partitions cheminâtes ; ainsi qu’aux soins de mes divers apprentissages, après ces deux bacs, j’ai lu et goûté Bacon et Bacchus, à meilleures perceptions Baccarat des villes, notamment dans la grande (ï) cité lyonnaise à cheval sur deux fleuves, moindres connaissances, à l’époque, envers les bacs-à-rats des champs, entrevu, plus tard, Bakou (la ville la plus sale du monde) :  https://www.courrierinternational.com/breve/2008/02/29/bakou-la-ville-la-plus-sale-du-monde  , entendu Bacri (scénariste et dramaturge français) et Bacqué (grand reporter), mais, réellement, pas vraiment connus… ; et Bach, que je ne connaitrai jamais, sauf par l’écoute de sa musique… Plus imprévus ; les bas-comptes, bas-coups, et bas contes firent, ou, peut-être ; contribuèrent, déjà, en fond de seconde technologique, près du radiateur, à me ratatouiller contre les murs des retransmissions bâclées, ou tout du moins, pas, toujours, en phase avec les souhaits des étudiants(es), apprentis(es)…, et une société en continuelle évolution, tant au niveau ethnosociologique, épistémologique et technologique, qu’en les diverses et différentes dimensions ontologiques. Bon, quoiqu’il en fut de mon passé, et en est de mon cas personnel, maintenant, revenons à l’objet du sujet essentiel, à savoir ce thème apparenté à la philosophie et formulé par les questions suivantes, dont les réponses pluridisciplinaires, n’en ajoutèrent que points de vue voués à formes subjectives en dévoiement d’objectifs mutualistes et souvent marqués à insincérité de diffusions :

  • Qu’envisagez-vous quant à votre future position, personnelle, professionnelle et sociologique, d’ici à cinq ans… ?
  • Quels sont les moyens et outils imaginés pour réussir à réaliser vos souhaits… ?

Vous avez cinq ans et un de plus pour envoyer vos conclusions à l’Académie de votre circonscription qui transmettra vos données personnelles au Ministère de l’éducation…, qui, lui ; se chargera d’évaluer les futurs programmes, tel que vous CROYVEZ – si, si ; l’Académie Française en accepte, depuis peu, l’accord textuel – au nom qu’ils, elles s’eussent été affichés(es), envers génuflexions, chéries, chéris, à vie… ; formalisés(es) à conformisme béat.

Nous ne sommes pas, esprit-libres, soumis à cet ordre de la servitude, volontaire… ; en opportunismes iniques…

Je suis, etc. ; etcétéra, etcétéra…

Diapositive12

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close