THEMES EN LIENS RESEAUX

ET ALLER HOP, DEBUT D’ANNEE 2020 : 1 900 000 personnes au RSA, soit une augmentation de 300 000 entre mars 2018 et mars 2020. Bienvenus(es) au club. Pour ma part, RSA-YSTE depuis février 2013 je vais enfin en sortir au mois d’avril 2021 et entrer dans le milieu des retraités, sur les Monts Sereins.

La parole est d’argent et le silence est d’or,

Travailler plus pour gagner plus,

Le travail c’est la Liberté. Et le pire n’est jamais certain.

La curiosité est le meilleur remède contre l’ennui. A l’ère des réseaux de retransmission de l’information et des connaissances l’ignorance est un choix. Les croyances et les vies, comme les espoirs et les mésaventures, passent sous la meule du temps. L’écriture est le meilleur moyen de s’exprimer sans être dérangé. Elle devint, début 2013, après avoir tout perdu de mon existence citadine, une compagne de voyage et d’agréments d’avec laquelle je puis me reconstruire. Sa présence m’a assurément empêché de sombrer et devenir fou.

Précisions de situations délicates dans lesquelles se retrouvent la charge de retrouver des personnalités mal zélées ayant fui, pour quelques servantes devises faxées à moyens termes des prosternations affectées de jeunes figurines récalcitrantes aux joyeuses fourberies des anciennes tartufferies, et qui reviendront bredouilles d’une jurisprudence altérée aux sons des assaisonnements en créance de ce qui n’est qu’espérance de croire à la résurgence d’une jeunesse déjà perdue, dans les paroles d’un vil édit ; en ornement de voix(es) situationnistes affichées à son égo, éconduit… ; où la liberté de choix s’y réduit comme peau de chagrin aux frontons d’une restriction en envols d’oiseaux moqueurs comme des parures et vocalises des magiciennes de nos nuits n’y feront jaser qu’une poignée d’esprits libres conscients du refrain des chapons de mauvais augures flagornés aux tambours battants la mesure des trompettes lustrées aux bagagistes globulaires, que de leur position, n’y firent et feront qu’attributs sans veille ni vaillance.

Peut-on nier, jusqu’à l’absurde, la liberté d’expression comme s’il n’y avait rien de plus grave et de moins réfléchi que de faire taire tout ‘’objet de lecture’’ en refusant par-là même de s’y confronter, voire de le combattre dans toutes ses parties liées les unes aux autres qu’une expérience de vie ; du mieux qu’il s’en fut d’une appréhension sociologique, peut-être particulière, s’en avertit d’un futur fondé sur les liens du discours entre les sciences et les arts afin qu’il soit fondé du combat silencieux des exclus(es) d’une justice sociale-économique ainsi que des libertés d’expression des oubliés du système de biens et services marchand vers un abîme construit sur les ruines d’un bellicisme humaniste de pacotille que les apports en richesses de ceux de la terre, des eaux, de l’air, du feu et des énergies ; humaines, n’y puissent plus contrer la démesure du désir individualiste allié à servitude indolore entre clans de possédés(es) et possédants(es).

DEBUT JANVIER 2013 : AVENIR EN TEMPS DE CHANGEMENT

Je souhaitais juste retrouver un emploi dans mon domaine d’expérience afin de terminer ma carrière professionnelle et ainsi à pouvoir disposer de la totalité de mes trimestres afférant à une retraite complète, qui m’aurait permis d’avoir un revenu de retraite d’environ : 1 700 € /mois. Ce ne fut le cas. Après 36 années à avoir été un bon ‘’petit soldat’’ dans ce système de bien(s) et services marchand j’étais, à 54 ans, devenu chômeur sénior affilié au statut du Revenu de Solidarité Actif – RSA. Avec du recul par rapport aux évènements aliénés à la grande cité lyonnaise à cheval sur deux fleuves, ainsi qu’activités ‘’humaines’’ exercées dans d’autres métropoles, je me suis mis à penser que mon exclusion du système citadin suivi par l’aménagement d’un nouveau lieu de résidence, en août 2013, situé à 800m d’altitude sur une colline de la Loire ne fut pas chose néfaste, mais plutôt salutaire…

Plus que le commun des hybridations grégaires à ne pouvoir y émettre attentions suffisantes en devoirs d’engagement particuliers envers un authentique humanisme était la falsification des tares dans un e-commerce, à vacuité de doctes, pourvu à un militantisme anti-pluridisciplinaire, où sous couvert d’inattention Big Brother était en train de vaciller sous les coups des applicateurs et applicatrices de B to B, en Bla-Bla des nouveaux monnayeurs d’esclavagisme sans chaînes apparentes…

Quelles bandes de sots, inconscients et inconscientes quant à la facture en solde usurière de leurs enfants…

Le genre humain ; de type mâle ou femelle, est-il une curieuse composition entre mots (maux) paradoxaux… ?

Rien ne change vraiment,

Une idée, d’aventure, c’est enthousiasmant,

Mais pour aller où ? Avec qui… Et quand ?

Je suis libre de vouloir !

Ce n’est pas de ma faute, c’est à cause de mon cerveau, de ma névrose vis-à-vis de ce système sociétal.

Cela change-t-il votre état, votre corps, votre milieu d’existence, votre personnalité, vos choix ou votre libre arbitre…?

Si non, alors confrontons objectivement nos névroses en bonnes devises, au nom du bien commun, d’une véritable république démocratique dans le cadre des Droits de l’homme, de la femme et de l’enfance, comme il en devrait être du respect du monde naturel du et des vivants…

Si non, alors fuyez la liberté d’expressions !

Sait-on jamais, vous risqueriez, peut-être, la compromission envers la liberté d’opinion dont vous ne réussissez à en comprendre les fondements de l’expression…

Les démons, les merveilles, les étapes perdantes,

Les grandes causes, les mauvaises raisons…

Ils & elles se sont bien tenus(es)…

Il m’avait fallu accepter multiples changements, tant dans ma vie personnelle qu’en celle professionnelle. Plusieurs étapes, plus ou moins, marquantes, comme il en fut pour hommes et femmes du passé et en est certainement, encore, pour grand nombre de mes contemporains, avaient modelé ma perception quant à ma position dans les différentes zones existentielles parcourues lors des six décennies précédant cette future période s’immisçant doucement aux courbes de mon horizon. J’avais, depuis juillet 2013, posé mes valises dans cette vieille demeure située sur une colline de la Loire où le fil du temps m’avait apporté quelques belles formes de sérénité, en contre-mesure des quatre décennies vécues dans la grande cité lyonnaise à cheval sur deux fleuves, dont je ne regrettais aucune des passades ayant jalonné le cours de ma vie.

« Et vous croyez, fermement, que la pensée libre n’est ‘’rien’’, d’autres ; que celle d’entasser des imbécilités, temps de l’une sur l’autre que tant de réciprocités » – » Que les réflexions sociales-économiques dissidentes en retrait d’experts d’avec positions conformistes et refus d’engoncement d’avec clans tordus à l’individualisme ne seraient rien de plus qu’idées saugrenues ?…» 

Ce raccourci, me semblerait, en quelques cas, doté de trop peu de rayonnement quant aux femmes et hommes prêts, en permanence, à affronter l’individualisme de circonstances comme les compléments affichés aux circonstances faîtes de distinctions en obédiences trop penchées vers la connivence en croyances de celui ou celle qui ne peut s’écarter de la servitude étalée en réserves de crânerie plaquée à l’orgueil de l’ignorance constitutive à l’édiction de ces mots sans attentions, tant de l’étonnement envers le malheur que des amicalités sincères, en items d’amoureuses strophes. Tant de plaintes que des temps d’incompréhension ne suffiront à une possible unité.

Comment penser…

Michel Asti : https://www.facebook.com/photo/?fbid=2014939825308951&set=a.169856409817311

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close