MA RETRAITE ET MOI

Je souhaitais juste retrouver un emploi dans mon domaine d’expérience afin de terminer ma carrière professionnelle et ainsi à pouvoir disposer de la totalité de mes trimestres afférant à une retraite complète, qui m’aurait permis d’avoir un revenu de retraite d’environ : 1 700 € /mois. Ce ne fut le cas. Après 36 années à avoir été un bon ‘’petit soldat’’ dans ce système de bien(s) et services marchand j’étais, à 54 ans, devenu chômeur sénior affilié au statut du Revenu de Solidarité Actif – RSA.

Avec du recul par rapport aux évènements aliénés à la grande cité lyonnaise à cheval sur deux fleuves, ainsi qu’activités ‘’humaines’’ exercées dans d’autres métropoles, je me suis mis à penser que mon exclusion du système citadin suivi par l’aménagement d’un nouveau lieu de résidence, en août 2013, situé à 800m d’altitude sur une colline de la Loire ne fut pas chose néfaste, mais plutôt salutaire… et arrivée au bon moment.

Plus que le commun des hybridations grégaires à ne pouvoir y émettre attentions suffisantes en devoirs d’engagement particuliers envers un authentique humanisme était la falsification des tares dans un e-commerce, à vacuité de doctes, pourvu à un militantisme anti-pluridisciplinaire, où sous couvert d’inattention Big Brother était en train de vaciller sous les coups des applicateurs et applicatrices de B to B, en Bla-Bla des nouveaux monnayeurs d’esclavagisme sans chaînes apparentes…

Quelles bandes de sots, inconscients et inconscientes quant à la facture en solde usurière de leurs enfants…

Le genre humain ; de type mâle ou femelle, est-il une curieuse composition entre mots (maux) paradoxaux… ?

Rien ne change vraiment,

Une idée, d’aventure, c’est enthousiasmant,

Mais pour aller où ? Avec qui… Et quand ?

Je suis libre de vouloir !

Ce n’est pas de ma faute, c’est à cause de mon cerveau, de ma névrose vis-à-vis de ce système sociétal.

Cela change-t-il votre état, votre corps, votre milieu d’existence, votre personnalité, vos choix ou votre libre arbitre…?

Si non, alors confrontons objectivement nos névroses en bonnes devises, au nom du bien commun, d’une véritable république démocratique dans le cadre des Droits de l’homme, de la femme et de l’enfance, comme il en devrait être du respect du monde naturel du et des vivants…

Sinon, alors fuyez la liberté d’expressions !

Sait-on jamais, vous risqueriez, peut-être, la compromission envers la liberté d’opinion dont vous ne réussissez à en comprendre les fondements de l’expression…

Les démons, les merveilles, les étapes perdantes,

Les grandes causes, les mauvaises raisons…

Ils & elles se sont bien tenus(es)…

PROGRESSISME A LA FRANCAISE

Avec Sarkozy, on a eu une République libérale sans véritable réaction Démocratique. Avec Hollande, on a eu une Démocratie libérale sans véritable réaction Républicaine. Avec Macron, on a une Démocratie Herméneutique Ordo-libérale avec des Républicains réactionnaires liberticides… Hou la là, mes aïeux, nous ne sommes pas sortis de la mauvaise auberge. Je vous l’écris : la véritable République Démocratique Citoyenne n’est pas prête d’advenir… Qui plus est, lorsque les experts deviennent impuissants devant les causes d’un virus, analysant ainsi les effets plus que les origines territoriales de la destruction des biosystèmes ; dont la propagation est devenue mondiale…

Le seul propos des GOUVERNANCES, depuis 1948, avec élans de ‘’renouveau’’ en 1968, 1974, 1984, puis 1995, 2005, 2007, 2014 et 2017 est d’envisager les CHOSES du seul POINT de VUE COMMERCIAL & PROFITS INTRINSEQUES MAXIMUMS. En 1933 déjà, l’économiste anglais Maynard Keynes (1883-1946) dénonçait dans « National Self-Sufficiency », une allocution prononcée à Dublin, notre incapacité à traiter les problèmes de société cruciaux auxquels nous sommes confrontés autrement que dans une perspective du « COMBIEN CELA RAPPORTE » – « Le XIXème siècle a promu jusqu’à la caricature le critère que l’on appellera, pour faire bref, les ‘’résultats financiers’’, comme test permettant de déterminer si une politique doit être recommandée et entreprise dans le cadre d’une initiative d’ordre privé ou public. Le destin personnel s’est transformé en une parodie du cauchemar d’un comptable.

Au lieu d’utiliser leurs ressources techniques et matérielles désormais plus vastes pour construire une cité idéale, les hommes du XIXème siècle construisirent des taudis, et ils pensèrent que bâtir des taudis était la chose juste et recommandable, parce que les taudis, à l’aune de l’entreprise privée, ‘’CELA RAPPORTE’’, alors que la cité idéale aurait été, selon eux un acte fou d’extravagance, qui aurait, dans le vocabulaire imbécile du monde financier : ‘’ une HYPOTHEQUE sur l’AVENIR’’ » (Keynes [1933] 1982 : 241).

L’homme, par son égoïsme, trop peu clairvoyant pour ses propres intérêts, par son penchant à jouir de tout ce qui est à sa disposition, en un mot, par son insouciance pour l’avenir et pour ses semblables, semble travailler à l’anéantissement de ses moyens de conservation et à la destruction même de sa propre espèce. En détruisant partout les grands végétaux qui protégeaient le sol, pour des objets qui satisfont son avidité du moment, il amène rapidement à la stérilité du sol qu’il occupe, donne lieu au tarissement des sources, en écarte les animaux qui y trouvaient leur subsistance ; et fait que de grandes parties du globe, autrefois très fertiles et peuplées à tous égards, sont maintenant nues, stériles, inhabitables et désertes. En négligeant toujours les conseils de l’expérience pour s’abandonner à ses passions, il est perpétuellement en guerre avec ses semblables, les détruit de toutes parts et sous tous prétextes ; en sorte qu’on voit ses populations, autrefois forts grandes, s’appauvrir de plus en plus. On dirait qu’il est destiné à s’exterminer lui-même après avoir rendu le globe inhabitable. Lamark : Système analytique des connaissances positives de l’homme – 1820

DISCERNEMENT

A qui, n’en, croire sincère intéressement

Pour nul s’en fasse figure guerrière,

Aux objets en structure inconsistante

Sans sujets à marteler,

Aux officines, enchères, déchues.

Par épistémologie à rivets compensatoires,

Avec versatiles en commodités viscérales,

Les fils du tissage en irritations,

Rien n’en fit ostensibles conditions.

Aux consultations des ridules appointées,

Avec romance sans passage captivant,

Sous présages des crépuscules énamourés ;

En sursis des condensats aseptisés,

Les promiscuités d’quintessences censurées,

Sues les soubresauts en filigranes,

Aux résistances des circonspections affables.

Sans se soucier des vues ravagées,

Ici, en contrées d’évasion,

Aux sens des dissidences inhabituelles,

Les vocalises en finitude, sans intolérances,

S’accordèrent moment pausé aux frontons malicieux ;

Au nom des discernements sans raisons précipitées…

[…]

Aujourd’hui, il n’est plus possible de travailler et de toucher le RSA en même temps. Si vous remplissez les conditions de ressources applicables, vous touchez la prime d’activité en plus de votre salaire. Les anciennes règles qui suivent étaient applicables jusqu’au dernier versement du RSA activité, en janvier 2016 (RSA dû au titre du mois de décembre 2015).

Nous les rappelons pour mémoire, après modification de régime.

Alors que certains peuvent cumuler des revenus, par l’addition de retraites d’avec l’exercice d’un emploi pour montant non limité au rapport du plafond de la Sécurité Sociale.

Tandis que celles et ceux qui n’ayant pas la totalité de leurs trimestres, sont soumis(es) à un plafond salaire + retraite de 160% le SMIC dans le cadre d’un emploi complémentaire à retraite incomplète.

Pour une activité littéraire c’est 1/3 du SMIC.

En cas de dépassement votre retraite sera diminuée de la différence. Voir, sur ce sujet, la législation concernant les Députés de la République comme des Ministres et Présidents, ainsi que du cumul activités-retraites de certains membres d’organismes Théodule et Ad-Hoc, dont on peut, en certains cas, se demander s’ils ont réelles et véritables utilités, hormis, peut-être, celles affiliées à quelques lobbies ?

Comme il pourrait en être d’une affiliation à ‘’PANTOUFLAGE’’ inhérent à certains hauts fonctionnaires de l’Etat ?  Dans ce système social-économique arrivé à bout-de-souffle… Où ces agents de l’Etat français non aucune crainte quant à incomplétude de leur carrière de par le fait qu’ils ont peu de risque à se confronter aux règles du Pôle Emploi.

Et ensuite à s’étonner de la montée des extrémistes comme il en est à ce que le peuple n’ait plus confiance aux politiques, ainsi qu’en certaines solutions élitistes non solubles avec le principe de Liberté d’Egalité, de Fraternité et de justice sociale économique.

Parfois, je me demande, si tout cela n’est pas un fait-exprès… ? Effectué par bandes de Méphistophélès…

On se fout de la figure à qui… ?

Mais vous faîtes quoi les organisations du Travail ?

Organismes dédiés aux Droits de la Famille ?

Et le législateur ?

Le Défenseur des Droits ?

Le droit à l’égalité, de traitement ?

Les droits du travail ?

La solidarité ? Vous vous en torchez le cul ?

Comme d’avec les retraites des paysans ?

Des invisibles, précaires, ‘’riens’’ et ‘’sans dents’’…

Et pouvoirs envers une économie-sociale de marchés réaliste.

Ou alors est-ce la complexité du ‘’mille-feuilles’’ administratif qui érige la confusion quant aux droits des démunis(es), invisibles et précaires ?

ON NE PEUT LIRE OU ECRIRE SANS TEMPS LIBRE

MA RETRAITE ET MOI – FORMAT REDUIT A 52 PAGES :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close