RETRAITE – CUMUL EMPLOI-RETRAITE – RETRAITE DE REVERSION ET APRES…

Apprendre – Circonscrire – Analyser – Définir – Incrémenter

LORSQUE LES HOMMES NE PEUVENT (VEULENT) PAS CHANGER LES CHOSES ; ILS CHANGENT LES MOTS – JEAN JAURES (1914)

Je n’ai pas de problèmes avec la sénescence ; j’ai juste des craintes quant à la Liberté, l’Egalité, la Fraternité et la Justice sociale-économique.

La retraite est une ‘’assurance « quant aux futures années d’une personne » prévue’’ pour une période de 20 ans à partir de la date de liquidation des Droits à la Retraite et calculée au prorata de cette estimation d’années restant à vivre au rapport de la moyenne nationale. Par conséquent, il est ‘’juridiquement’’ injuste d’opérer une soustraction financière à cette ‘’assurance’’ au prorata des possibilités d’activités connexes d’avec une espèce de catégorisation sociale, tant d’une existence professionnelle et personnelle que d’une intégration en processus visant à bénéficier de la totalité des revenus affectés à cette mise en retraite…

RETRAITE – CUMUL EMPLOI-RETRAITE – RETRAITE DE REVERSION ;

ET APRES… ? LE NEO-ORDO-LIBERALISME ?

31 PAGE A4

Le cumul emploi-retraite permet au retraité du régime général de reprendre une activité professionnelle et de cumuler les revenus de cette activité avec ses pensions de retraite. Le cumul peut être total ou partiel selon la situation du retraité. La nouvelle activité ne permet plus d’acquérir de nouveaux droits à retraite.

Tout retraité du régime général de la Sécurité sociale peut reprendre une activité professionnelle et cumuler, sous certaines conditions, sa pension de retraite de base avec les revenus de cette activité.

Pour obtenir votre retraite de base du régime général, vous devez cesser toute activité professionnelle salariée et/ou non salariée relevant d’un régime obligatoire de retraite de base français.

Toutefois, vous n’êtes pas obligé de cesser les activités suivantes :

  • Activités donnant lieu à affiliation auprès d’un régime de retraite étranger
  • Activités bénévoles (non rémunérées et ne donnant pas lieu à affiliation à un régime de base obligatoire)
  • Activités relevant d’un régime de retraite qui prévoit qu’elles peuvent être poursuivies.

De plus, les activités suivantes peuvent également être poursuivies, à condition pour certaines d’entre-elles, de respecter un plafond de revenus :

Vous pouvez poursuivre des activités littéraires ou scientifiques si le revenu brut de l’année précédant le départ en retraite, procuré par ces activités, ne dépasse pas un certain plafond. Ce plafond est fixé au tiers du Smic en vigueur au 1er janvier de l’année de départ en retraite (soit 518,19 € pour un départ en retraite en 2021).

Les activités accessoires concernées sont notamment les suivantes :

  • Recherche scientifique
  • Publication de livres
  • Publication d’articles dans la presse ou dans des revues littéraires ou scientifiques
  • Conférences données dans le domaine littéraire ou scientifique

Vous pouvez cumuler intégralement vos pensions de retraite – de base et complémentaire(s) – avec des revenus professionnels si vous remplissez les 2 conditions suivantes :

  • Vous avez obtenu toutes vos retraites de base et complémentaires des régimes de retraite, français, étrangers et des organisations internationales
  • Vous remplissez les conditions (d’âge ou de durée d’assurance) ouvrant droit à une pension de retraite de base à taux plein du régime général.

Vous pouvez bénéficier d’une pension de retraite de base à taux plein, versée par le régime général de la Sécurité sociale, sous conditions. Ce taux plein, fixé à 50 % de votre salaire annuel moyen, vous permet de ne pas subir de décote (vous n’aurez pas de minoration du montant). Pour cela, vous devez remplir une condition d’âge ou de durée d’assurance retraite (trimestres), qui varie selon votre année de naissance. Sinon, des dispositions spécifiques ouvrent également droit au taux plein.

CONDITIONS DE CUMUL

Lorsque vous ne REMPLISSEZ pas les conditions ouvrant droit au cumul emploi-retraite total, vous pouvez toutefois reprendre une activité.

Si vous reprenez une activé salariée chez votre dernier employeur, le cumul emploi-retraite ne sera possible que 6 mois après votre cessation d’activité chez lui et votre admission en retraite. Sinon, le versement de votre pension de retraite de base sera suspendu entre le 1er jour du mois de reprise d’activité et le dernier jour du mois de cessation d’activité ou le dernier jour du 6e mois suivant votre départ en retraite.

Exemple : Si vous êtes admis à la retraite le 1er mars, vous ne pouvez pas reprendre une activité chez votre dernier employeur avant le 1er septembre (6 mois après). Si vous reprenez une activité chez lui le 10 mai, votre pension de retraite ne vous sera plus versée à partir du 1er mai (1er jour du mois de reprise d’activité) et jusqu’au 30 août au plus tard (dernier jour du 6e mois suivant votre départ en retraite).

Passé le délai de 6 mois, ou tout de suite après avoir obtenu votre retraite si vous n’exercez pas votre activité chez votre dernier employeur, vous pouvez cumuler vos pensions de retraite (de base et complémentaire) avec un montant plafond de revenus.

La somme de 98,25 % de votre salaire mensuel brut et des montants bruts de vos pensions de retraite de base et complémentaire ne doit pas dépasser les montants suivants :

  • Soit 160 % du Smic (2 487,33 € brut par mois en 2021),
  • Soit la moyenne des salaires perçus au cours de vos 3 derniers mois d’activité avant votre admission en retraite.

C’est le plafond le plus avantageux qui est retenu. Si La somme de 98,25 % de votre salaire mensuel brut et des montants bruts de vos pensions ne respectent pas l’un de ces plafonds, le montant de votre pension de retraite de base est réduit du montant du dépassement.

A savoir : au cours des 3 mois précédent votre admission à la retraite, si vous n’avez travaillé qu’un mois ou 2, ce seront les revenus de ce mois ou de ces 2 mois qui seront pris en compte.

Exemple : Un retraité reçoit une pension de retraite de base du régime général de 1 300 € brut et une pension de retraite complémentaire de  600 € brut. Son salaire d’activité est de 800 € brut, soit  2 700 € brut au total.

Le plafond autorisé est :

  • Soit la moyenne mensuelle de ses 3 derniers salaires : par exemple 2 100 € brut
  • Soit 160 % du Smic soit 2 487,33 € brut.

La réduction est donc la suivante : 98,25 % du revenu d’activité + Pension de retraite de base + pension complémentaire 

Plafond autorisé = 98,25 % x 800 € + 1 300 € + 600 € – 2 487,33 € = 198,67 €

Ainsi le montant de sa retraite de base sera diminué de 198,67 €, soit 1 101,33 € brut par mois.

MINIMUM CONTFIBUTIF

Définition

Le minimum contributif est une allocation destinée aux salariés qui ont eu une carrière complète mais qui ont cotisé à la retraite sur de faibles montants de rémunération. Ce dispositif permet de garantir à ces assurés un montant mensuel minimal de retraite.

Au moment du calcul de votre retraite, son montant est comparé à celui du minimum contributif. Le montant de votre pension ne peut pas être inférieur à ce minimum. Ainsi, si le montant de votre pension de retraite est plus faible que ce seuil parce que vous n’avez pas cotisé sur des rémunérations importantes (et donc que votre salaire annuel moyen est peu élevé), il sera augmenté à hauteur du minimum contributif, qui constituera donc le seuil minimal du montant de votre retraite de base.

Le minimum contributif ne doit pas être confondu avec le : minimum vieillesse (Aspa).
L’Aspa et le minimum contributif sont en effet deux dispositifs bien distincts, tant au regard de leurs montants que de leurs conditions d’attribution. Par ailleurs, contrairement à l’Aspa, le minimum contributif n’est pas récupérable sur la succession du bénéficiaire.

Condition de taux plein

Le minimum contributif n’est toutefois pas ouvert à tous les assurés : il faut pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein. Il faut donc soit :

  • avoir validé le nombre de trimestres requis pour partir à taux plein (et qui varie en fonction de votre année de naissance) ;
  • avoir atteint l’âge du taux plein automatique, fixé à 67 ans pour les salariés nés à partir de 1955.

En plus de cette condition, il faut avoir atteint l’âge légal de la retraite et avoir liquidé toutes ses retraites (retraite de base ou retraite complémentaire Arrco – Agirc).

Montant

Depuis janvier 2020 (date de la dernière revalorisation des retraites), le montant du minimum contributif de base est de 642,93 € (7 715,17 euros par an).

Le montant est majoré si vous avez cotisé au moins 120 trimestres. Le montant du minimum contributif est alors porté à 702,55 € par mois (soit 8 430,56 € par an).

Actuellement gelée en raison de la crise sanitaire, la réforme des retraites de 2020 prévoyait d’augmenter le montant du minimum contributif pour le fixer à 85 % du Smic net.

Le montant du minimum contributif a augmenté de quelques euros le 1er janvier 2020. Il devrait rester au même montant jusqu’au 1er janvier 2021.

Plafond

Le minimum contributif, comme l’Aspa, est une allocation différentielle. C’est-à-dire que son montant peut être réduit quand le total des pensions de retraite de l’intéressé dépasse un certain plafond.

Le plafond du minimum contributif pour 2020 est fixé à 1 191,57 € par mois. Si vous dépassez ce seuil, le montant du minimum contributif est donc diminué. Pour le calcul du plafond, toutes vos pensions de retraite sont prises en compte, y compris les pensions de régimes complémentaires ou étrangers.

Paragraphe 4 : Pensions de réversion.

La connaissance ; c’est de l’expérience. Le reste n’est, majoritairement, que banalités informatives, sans réels fondements humanistes ni quelconques meilleurs sens analytiques envers une véritable justice sociale-économique.

Au pays des Lumières, est-ce d’une logique législative positive au rapport d’un système de bien(s) et services attaché aux Droits de l’homme, comme de la Liberté, l’Egalité et la Fraternité, apposées aux frontons des bâtiments publics, ainsi de ceux des Mairies et du principe de traitements égalitaires des territoires ?

La Vème République est-elle devenue une Régence en Gouvernances de Privilégiés d’avec Ordres pas très clairs… ?

Michel Asti : Chômeur sénior au statut du RSA depuis février 2013

L’ORDO LIBERALISME : http://mickael-montest.e-monsite.com/ CATEGORIE : POLITIQUES

PAGE 6 : Plus le diable en a… ; plus il en veut assoir. Jacques Lagnier (1620-1672)

1 réflexion sur « RETRAITE – CUMUL EMPLOI-RETRAITE – RETRAITE DE REVERSION ET APRES… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close