MEMOIRE D’UN RSA-YSTE SENIOR DEVENU AUTEUR EN 2021

76 pages A4Format PDF

Dans un système antidémocratique majorité d’un peuple doit être soumise aux jougs de la servitude afin qu’une minorité gouvernante jouisse.

Au-delà des quarante malencontreuses

Parution en Novembre 2021 au https://www.lysbleueditions.com/ Catégorie Essais

Après ‘’Au vent des émois’’ Catégorie Poésies en Mai 2021

La coordination est : “ l’agencement des parties d’un tout selon un plan logique pour une fin donnée ”. Alain Rey

Dans la vie, tu as deux déversoirs : soit te lamenter, ou bien argumenter. Le moteur efficace de la recherche et de l’évolution positive est la collaboration et non la concurrence effrénée. L’ignorance engendre souvent l’irrationalisme puis les dogmatismes infondés…

Puis à dire qu’il faudrait être requis plus longtemps à certains mécanismes de production obsolètes et transfert de richesses, sans suite, où le sénior devient chômeur à 55 ans, comme si l’expérience n’avait plus aucune valeur. N’y aurait-il pas quelques dysfonctionnements… ; dans ce système social-économique, arrivé à bout de souffle ?

Plus le diable en a… plus il en veut asseoir. – Jacques Lagnier (1620-1672)

La société qui repose sur l’industrie moderne n’est pas fortuitement ou superficiellement spectaculaire, elle est fondamentalement « spectacliste ». Dans le spectacle, imagé de l’économie régnante, le but n’est rien, le développement est tout. Le spectacle ne veut en venir à rien d’autre qu’à lui-même.

La société du spectacle – Guy Debord

Clanisme : « Comportement de personnes unies par une parenté de type clanique et qui recherchent leur intérêt commun sans se préoccuper des règles sociales et des lois. »

Lorsque la société inhibe, trop tôt, les rêves de sa jeunesse et maintient, trop longtemps, une trop grande partie de la génération précédente dans le cauchemar des désillusions, elle ne saurait évoluer vers autres chemins que celui de la division.

La brouette ou les grandes inventions

Le paon fait la roue

Le hasard fait le reste

Dieu s’assoit dedans

Et l’homme le pousse.

Jacques Prévert, Paroles

Dans la vie, tu as deux déversoirs : soit te lamenter ou, bien, argumenter.

Le moteur efficace de la recherche et de l’évolution positive est la collaboration et non la concurrence effrénée.

L’ignorance engendre souvent l’irrationalisme puis les dogmatismes infondés…

Tous nos désirs, actions, souhaits, réactions, comportements, etc. sont-ils imaginés et principalement endigués par, pour et avec l’autre ?

Uniquement pour soi ? Pour un clan ? Pour un groupe ? Pour une communauté ?

Des écosystèmes en échanges de bonnes intelligences ?

Des biosystèmes en utiles savoir-faire et essentiels savoir-être ?

Au nom de tous ces petits êtres humains en devenir et les générations arrivantes ?

Dans le monde naturel dû et des VIVANTS…

C’est bien souvent en allant au fond de soi que l’on acquiert l’humilité, que nous réussissons à comprendre la grandeur de la nature, l’extraordinaire beauté du monde et percevons notre faiblesse vis-à-vis de la puissance, immense, de l’univers…

Quel est le plus important : réussir ou trouver un sens à votre effort de réussir ?

Si l’enfer est un tunnel creusé par une colonie munie de pics d’incertitude, alors la raison est un bouquet d’attentions que l’on arrose de lucidité. La culture, les savoirs et la connaissance sont le sel de la vie. Les véritables amitiés et la réelle fraternité en sont le sucre.

Les yeux de l’homme ne réussissent à percevoir les choses que par la… connaissance de leur superficialité pourtant l’intelligence humaine a les ressources pour donner forme à leur essentialité.

FRONTS-TEXTES

Non, ne comptez plus sur moi.

À vous faciliter vos tâches de satrape

En écoutes de diktats simiesques,

Prendre vos ordonnances, argent comptant,

Avec croyances en soumission de veaux,

Agencés dans boxes à blé, coupé, de tout…

Dans vos bourses, rien, ne sera que ma défense.

Non, ne me demander plus encensement.

À discourir en falsification, par doctes de vaseline,

En glissement de tables assassines, inquisitrices,

Lire vos écritures livides – vies textes… ;

Avec illogismes, en narcissisme de books,

Affriolées en lisseuses à cache-misère…

Hors de vos vestibules, culture ne sera que ma suite.

Non, ne m’obliger pas à adhérer,

À devenir membre dissident, à temps perdu,

En usurpation de synoptiques humanistes,

Échange en partisanneries de cave,

Avec philosophie politique sans attention,

Primées dans des devises, de nazes,

Hors de vos partis, expressions seront mon signe,

Non, n’espérer plus vengeance, en thèse nulle,

À croire à paralogismes iniques, hors humains.

En prisme de sollicitudes vaines, partitions manquées,

Se souciant plus des cieux que de la TERRE,

Avec sémio-centrisme en bio-scènes de destruction,

Postulats derrière les remparts d’un château de cartes,

Hors de mes songes, l’imaginaire sera mon creuset…

Michel Asti – Au vent des émois – page 118-119

MEMOIRE D’UN RSA-YSTE SENIOR – DE HUIT ANS – DEVENU AUTEUR EN 2021 – 76 PAGES A4

1 – EDITO

Page 5

2 – BILAN PERSONNEL –

Pages 17

3 – COHERENCE D’AVEC PROJET D’ECRITURE

Pages 29

4 – AVENIR EN TEMPS DE CHANGEMENT

Page 31

5 – PETITE HISTOIRE SUR LE RSA – POLITIQUES SOCIALES – DEMOCRATIE – REPRESENTATION –HUMANISME

Page 37

6 – CONNAISSANCE ET CLANISME

Page 53

7 – POESIE ENTRE LIBERTES & ATTACHEMENTS

Page 65

PAGE 5 – DERRIERE L’INCANTATION

Qu’avez-vous gardé, sous vos mains proscrites de l’inaccessible objet du désir, derrière vos paupières fermées devant les tragiques besognes de celles et ceux qui voulurent quelques bienséances, que je ne puisse imaginer des chemins de souvenir ; où aujourd’hui, à l’automne de mes sentiments s’étiolent le bruissement des feuilles de liaisons ?

Ni les présences qui nous sont connues, ni derrière les paravents de babioles, n’y parussent l’ordre des idées humanistes comme celui des choses de la vie de l’homme.

Ni même la connaissance parfaite de la Terre, de ses biosystèmes et écosystèmes comme de la grave mention cognitive qui s’en tient de celles et ceux voués à une personnification en déification de la somme des inconstances incantatoires n’y pouvait, peut et pourrait sauver la justice de la terreur intellectuelle des illuminés(es) refusant les lois de la physique de la matière comme les règles de la conservation du mouvement en limites positive et négative de l’homme quant à l’hypertrophie en possession des objets comme des sujets dans notre monde fini.

Il n’est point de pire remède que de laisser croire fermement qu’un seul réussirait à réunifier ce qu’il reste des sciences humaines à reprendre l’œuvre au point où la nature l’eut réalisée d’avant le résultat des espaces artificialisés par la productivité des insatiables.

C’est toujours en atrophiant les pôles de leur substance en flux vitales au profit d’un autre qui font les êtres incomplets d’avec une sujétion psychologique envers fonctions honteuses des armes législatives comme celles d’une communication invectivée aux seuls moyens sans but véritable, hormis les fonctions d’accaparement impérieux. Sans doute le sujet sachant et pensant sera pour longs temps, encore, limité mais le pouvoir illimité, et par le contrecoup du savoir acquis par l’humanité ayant amené la croyance à une ‘’race’’ supérieure qui dans cette création anachronique aurait, seule elle, le droit de gouverner les sensibilités singulières de l’être humain.

Sachant que : « le passé n’existe plus. Il peut, toutefois, par la lecture, l’observation et la recherche, nous aider, par son analyse, à imaginer meilleures réalités futures, afin de réussir à vivre du mieux possible, sans atavisme irrationnel et croyances déficientes, le présent… ; dans des écosystèmes, biosystèmes et zones de vie ; à existentialisme-matérialiste intercommunautaire humainement et culturellement acceptable… Assurément situé entre l’attachement et la liberté, par attention mutuelle…» 

  • Lorsque ‘’l’Homme’’ aura assimilé qu’il est une infinitésimale partie du TOUT que nous appelons UNIVERS.
  • Qu’il aura entrevu que son existence personnelle représente moins d’une seconde à l’échelle de l’univers connu…
  • Qu’il est un mammifère-humanoïde communicant et social, et ne peut qu’en rare cas vivre seul.
  • Que son langage appris, su et compris est le lien premier dans ses dimensions échangistes multidisciplinaires, nommées dans l’ensemble de ; … ses réseaux : Espace Touchable et Sensiblement Touchant.
  • Que les lois de la procréation sont les liens utiles et nécessaires à la survie de son genre…
  • Que le maintien d’un équilibre existentiel dans ses zones de confort terrestres est le bien essentiel autorisant les accords entre le ‘’VIVANT’’ et son référentiel ‘’TERRE’’.

Et qu’enfin dans la totalité de la biosphère terrestre, majorité comprenne que la somme de tous les savoirs et connaissances ne fait pas la totalité de cet ensemble (E), à cause du phénomène holistique, partiellement assimilable… ; alors l’évolution du genre humain pourra prendre une direction nouvelle, après celle de l’ère industrielle, du productivisme béat et du culte de l’information ‘’buzzique’’ déconnectés des bons savoirs faire et utiles savoirs être…           

La philosophie ne revient jamais à son ancienne position. Elle est au même titre que les sciences et les technologies une évolution temporelle de la civilisation humaine.

La difficulté a son siège dans le côté empirique de la philosophie. Notre donnée est le monde réel, y compris nous-mêmes; et ce monde réel se répand pour l’observation sous l’apparence du thème de notre expérience immédiate. L’élucidation de l’expérience immédiate est la seule justification de toute pensée; et le point de départ – évolutionniste – de la pensée est l’observation analytique des composantes de cette expérience. Mais nous ne sommes conscients d’aucune analyse complète et claire de l’expérience immédiate, en termes de détails divers qui comprennent sa définition. Nous observons habituellement par la méthode de la différence. Parfois, nous voyons un éléphant, et parfois non. Le résultat est qu’un éléphant, lorsqu’il est présent, est remarqué. La facilité d’observation dépend du fait que l’objet observé est important lorsqu’il est présent, et parfois absent.

Les premiers principes métaphysiques ne peuvent jamais manquer d’exemplification. Nous ne pouvons jamais surprendre le monde réel en train de prendre des vacances de leur emprise. Ainsi, pour la découverte de la métaphysique, la méthode d’épinglage de la pensée à la stricte systématisation de la discrimination détaillée, déjà effectuée par l’observation préalable, s’effondre. Cet effondrement de la méthode de l’empirisme rigide ne se limite pas à la métaphysique.

Cela se produit chaque fois que nous le cherchons…

« [Sans analyses et études des faits liés à la phénoménologie de construction-déconstruction qui ont toujours prévalus à changement civilisationnel au cours des différentes périodes de l’humanité]…

Cette doctrine est un paradoxe. Se livrant à une espèce de fausse modestie, les philosophes «prudents» entreprennent sa définition de généralités plus larges. En sciences naturelles, cette méthode rigide est la méthode baconienne d’induction, une méthode qui, si elle était constamment suivie, aurait laissé la science là où elle l’a trouvée. Ce que Bacon a omis, c’est le jeu d’une imagination libre, contrôlée par les exigences de cohérence et de logique. La vraie méthode de découverte est comme le vol d’un avion.

Cela part du terrain d’observation particulier; il fait un vol dans les airs d’une généralisation imaginative; et il atterrit à nouveau pour une observation renouvelée rendue aiguë par une interprétation rationnelle. La raison du succès de cette méthode de rationalisation imaginative est que, lorsque la méthode de la différence échoue, des facteurs qui sont constamment présents peuvent encore être observés sous l’influence de la pensée imaginative. 

Une telle pensée fournit les différences qui manquent à l’observation directe. Il peut même jouer avec la cohérence; et peut ainsi éclairer les éléments cohérents et persistants de l’expérience par comparaison avec ce qui dans l’imagination leur est incompatible.

Le jugement négatif est le sommet de la mentalité. Mais les conditions du succès de la construction imaginative doivent être strictement respectées. En premier lieu, cette construction doit avoir son origine dans la généralisation de facteurs particuliers discernés dans des sujets particuliers d’intérêt humain; par exemple, en physique, ou en physiologie, ou en psychologie, ou en esthétique, ou en croyances éthiques, ou en sociologie, ou dans des langages conçus comme des réservoirs d’expériences humaines. De cette manière, la condition première, qu’il y ait de toute façon une application importante, est assurée.

Le succès de l’expérience imaginative doit toujours être testé par l’applicabilité de ses résultats au-delà du lieu restreint dont elle est issue. A défaut d’une telle application étendue, une généralisation partant de la physique, par exemple, ne reste qu’une expression alternative de notions applicable à la physique. La généralisation philosophique partiellement réussie, si elle est dérivée de la physique, trouvera des applications dans des domaines d’expérience au-delà de la physique. Elle éclairera l’observation dans ces champs éloignés, de sorte que les principes généraux puissent être discernés comme en cours d’illustration, qui en l’absence de généralisation imaginative s’obscurcis par leur exemplification persistante. Ainsi, la première condition est de procéder par la méthode de la généralisation pour qu’il y ait certainement une certaine application; et le test d’un certain succès est l’application au-delà de l’origine immédiate.

En d’autres termes, une vision synoptique a été acquise. Dans cette description de la méthode philosophique, le terme «généralisation philosophique» a signifié «l’utilisation de notions spécifiques, s’appliquant à un groupe restreint de faits, pour la divination des notions génériques qui s’appliquent à tous les faits». Dans son utilisation de cette méthode, les sciences naturelles ont montré un curieux mélange de rationalisme et d’irrationnel. Son ton de pensée prédominant a été ardemment rationaliste à l’intérieur de ses propres frontières et dogmatiquement irrationnel au-delà de ces frontières. Dans la pratique, une telle attitude tend à devenir un déni dogmatique tel qu’il existe des facteurs dans le monde qui ne sont pas pleinement exprimables en termes de leurs propres notions primaires dépourvues de généralisation supplémentaire.

Un tel déni est l’abnégation de la pensée.

La deuxième condition du succès de la construction imaginative est la poursuite sans faille des deux idéaux rationalistes, la cohérence et la perfection logique.

La perfection logique ne nécessite ici aucune explication détaillée. Un exemple de son importance est donné par le rôle des mathématiques dans le domaine restreint des sciences naturelles. L’histoire des mathématiques montre la généralisation de notions spéciales observées dans des cas particuliers. Dans toutes les branches des mathématiques, les notions se présupposent l’une l’autre. C’est une caractéristique remarquable de l’histoire de la pensée que les branches de la mathématique hématique, développées sous l’impulsion imaginative pure, ainsi maîtrisées, reçoivent enfin leur application importante.

Le temps peut être nécessaire.

Les sections coniques ont dû attendre dix-huit cents ans. Ces dernières années, la théorie des probabilités, la théorie des tenseurs, la théorie des matrices en sont des exemples. L’exigence de cohérence est le grand conservateur de la raison rationaliste. Mais la validité de sa critique n’est pas toujours admise. Si nous considérons les controverses philosophiques, nous constaterons que les contestants ont tendance à exiger la cohérence de leurs adversaires et à s’accorder des dispenses. On a remarqué qu’un système de philosophie n’est jamais réfuté; il est seulement abandonné. La raison en est que les contradictions logiques, comme des dérapages temporaires de l’esprit – abondant, quoique temporaire – sont les erreurs les plus gratuites; et généralement sont triviaux.  Ainsi, après critique, les systèmes ne présentent pas de simples illogismes. Ils souffrent d’insuffisance et d’incohérence.

Le fait de ne pas inclure certains éléments d’expérience évidents dans le champ d’application du système est résolu en niant hardiment les faits. Aussi si un système philosophique conserve tout charme de nouveauté, il jouit d’une indulgence plénière pour ses échecs de cohérence. Mais une fois qu’un système a acquis l’orthodoxie et est enseigné avec autorité, il reçoit une critique plus vive.

Ses dénégations et ses incohérences sont jugées intolérables, et une réaction s’installe manifestement.

L’incohérence est la déconnexion arbitraire des premiers principes. Dans la philosophie moderne, les deux sortes de substance de Descartes – corporelle et mentale –, illustrent l’incohérence. Il n’y a, dans la philosophie de Descartes, aucune raison pour qu’il n’y ait pas de monde à une seule substance, seulement corporel, ou un monde à une seule substance, seulement mental. Selon Descartes, un individu substantiel «n’a besoin que de lui-même pour exister». Ainsi ce système fait une vertu de son incohérence. Mais, d’un autre côté, les faits semblent liés, contrairement au système de Descartes; par exemple, dans le traitement du problème du corps-esprit. Le système cartésien dit évidemment quelque chose de vrai. Mais ses notions sont trop abstraites pour pénétrer dans la nature des choses. L’attrait de la philosophie de Spinoza réside dans sa modification de la position de Descartes vers une plus grande cohérence. Il part d’une substance causale qui suit et considère ses attributs essentiels et ses modes individualisés, c’est-à-dire les «affects substantiae». Le fossé dans le système est la production arbitraire des «modes».

Et pourtant, une multiplicité de modes est une condition requise fixe, si le schéma doit conserver une pertinence directe pour les nombreuses occasions du monde expérimenté.

La philosophie de l’organisme est étroitement liée au schéma de pensée de Spinoza. Mais elle diffère par l’abandon des formes de pensée sujet-prédicat, en ce qui concerne la présupposition que cette forme est une incarnation directe de la caractérisation la plus ultime du fait. Le résultat est que le concept de «qualité de la substance» est évité; et cette description morphologique est remplacée par une description du processus dynamique. Les «modes» de Spinoza deviennent désormais les véritables réalités ; de sorte que, bien que leur analyse augmente notre compréhension, elle ne nous conduit pas à la découverte d’un degré supérieur de réalité. La cohérence, que le système cherche à préserver, est la découverte que le processus, ou concrescence, d’une entité réelle implique, les autres entités réelles parmi ses composants. De cette manière, la solidarité évidente du monde reçoit son explication.

La philosophie traite de la formation du sujet paradoxal, tandis que la science traite des objets, qui sont les données formant la phase primaire de cette expérience. Le sujet provient, et au milieu, de conditions données; la science concilie la pensée avec cette matière de fait primaire; et la ‘’communauté de raison’’ concilie la pensée impliquée dans le processus avec la réaction sensible impliquée dans ce même processus. Le processus n’est rien d’autre que le sujet lui-même. Dans cette explication, il est présumé qu’un sujet expérimenté est une occasion de réaction sensible à un monde réel.

La science trouve des expériences ethno-socio-cultu®elles parmi ses percepts; et l’épistémologie trouve des concepts scientifiques parmi les expériences conceptuelles à fusionner avec des réactions sensibles particulières. Il n’y a aucune justification pour vérifier la généralisation à un stade particulier. Chaque phase de généralisation présente ses propres simplicités particulières qui se distinguent dans les délimitations de ce stade, et à aucun autre stade. Il y a des sim­plicités liées au mouvement d’une barre d’acier qui sont obscurcies si nous refusons l’abstraction des molécules individuelles; et il y a certaines simplicités concernant le comportement des hommes qui sont obscurcies si nous refusons de soustraire des particularités individuelles de spécimens particuliers. 

De la même manière, il y a certaines vérités générales, sur les choses réelles dans le monde commun de l’activité, qui seront obscurcies lorsque l’attention est limitée à un mode particulier de les considérer. Ces vérités générales, impliquées dans le sens de chaque notion particulière qui respecte les actions des choses, sont le sujet en plus (+) de la philosophie spéculative. La philosophie détruit son utilité quand elle se livre à de brillantes prouesses d’explication. Il s’agit alors d’une intrusion avec le mauvais équipement dans le domaine des sciences particulières. Son ultime attrait est la conscience générale de ce que nous vivons dans la pratique. 

Quel que soit le fil du présupposé qui caractérise l’expression sociale dans les diverses époques de la société rationnelle, il doit trouver sa place dans la théorie philosophique. L’audace spéculative doit être équilibrée par une humilité complète devant la logique et devant les faits. C’est une maladie de la philosophie quand elle n’est ni audacieuse ni humble, mais simplement le reflet des présupposés de tempérament de personnalités exceptionnelles. Par analogie, nous ne faisons pas confiance à toute refonte de la théorie scientifique qui dépend d’une seule exécution d’une expérience aberrante, non répétée. Le test ultime s’est toujours répandu dans l’expérience récurrente ; et du plus général des schémas rationalistes, comme le plus important est cet appel final. La fonction utile de la philosophie est de promouvoir la systématisation la plus générale de la pensée civilisée. Il y a une réaction constante entre la spécialisation et le bon sens. C’est la partie des sciences spéciales d’en modifier le bon sens. La philosophie consiste à souder l’imagination et le sens commun en une contrainte sur les spécialistes, ainsi qu’en un élargissement de leur imagination. En fournissant à la philosophie des notions génériques, il devrait être plus facile de concevoir la variété infinie d’instances spécifiques qui restent non réalisées dans le ventre de la nature.

L’épistémologie, les sciences humaines, comme l’observation du monde naturel et l’analyse ethnosociologique sont indispensables.  Elles atteignent leur importance principale en fusionnant dans un schéma rationnel de la pensée.

PROCESS AND REALITY – Alfred North Whitehead

LA GRANDE DEMESURE

Il tourne et retourne autour des baraques de misère,

Cherche et recherche cette mise aux arabesques du ciel,

Il va et vient, il n’ose plus rien dire, aux notes de parterres,

Repère, archive, comptabilise des démons en décor de fiel.

Il n’ose plus inventer,

N’ose plus rien investir,

Ne savent plus s’ils doivent continuer,

Se fier à quelque Sainte Anne étreinte des Louis,

Prévoir, rassurer sur les toitures, des cathédrales, incertaines,

Puis s’en vont chercher l’aide de l’architecte de parvis,

Du géomètre, du promoteur immobilier et du maître usurier.

Tous se réunissent devant descentes de boues et montée des eaux,

L’air grave, ils sont prêts à pleurer, à supplier quelques cieux d’augure,

Dans la fièvre de leur infinie démesure, se penchent comme piètres sots.

Ils sont durement embarrassés sous la frange des lauriers,

Symboles de l’empire sans mesures, telle existence de dote,

Insignes fourgués aux malandrins, prisés des rois la culotte à l’envers.

Ils ont oublié, faits d’un refus à chercher la machine à peser les balances,

Ainsi, tout-à-loisir, comme concomitance de colifichets, allures précieuses,

Sur leur trente-et-un, ils ont hâte de promener leur nouvelle adresse.

Allez-donc, sieurs à la langue pendante comme chiennes à la bouche biblique,

Ne soyez pas outragés par les encres violines versées contre la morale publique,

Epuisées de privations, les bonnes mœurs du diable s’en font épiques.

Michel Asti – L’ALBUM D’UN RETRAITÉ SUR FACEBOOK

Catégories Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close