Liens, Multidisciplinarité et Lectures

Diapositive6

1 – BILAN PERSONNEL Michel ASTI – 

L’addition des compétences et les échanges interprofessionnels font l’évolution de tous systèmes sociaux-économiques et culturels

Aucune interprétation géo-politico-sociale-économique humaine à tendance équilibrée ; respectueuse de l’individu, de la nature et du vivant ne saurait exister sans compréhension de cet adage :

« L’économie de marché moderne n’est pas l’économie de marché libre des flibustiers libéraux d’une guerre économico-financière révolue ; mais une économie de marché à engagement social qui permet à l’individu de s’épanouir, qui accorde la priorité à la valeur de la personnalité et qui récompense la performance avec un rendement à juste et équitable valorisation ; dans un système collectiviste à réseaux humains nommé : DEMOCRATIE REPUBLICAINE ».

Michel ASTI

Lieu-Dit : MONTMEAL

42380 ROZIER COTES D’AUREC

E-Mail : asti.michel21@yahoo.fr.

Facebook : https://www.facebook.com/michel.asti

Google +, Viadeo, LinkedIn.

Blog : http://mickael-montest.e-monsite.com/

J’aimerais beaucoup connaitre la véritable définition du TRAVAIL, ainsi que le réel déterminant d’une ACTIVITE à juste valeur ajoutée, dans le monde des actions, réactions, mouvements, mobilités, savoirs faire et savoirs être, de même que la notion d’EMPLOI rémunéré au rapport de l’utilité et l’essentialité dans la sphère, d’échanges de bien(s) et services, marchande, notamment par la dialectique assujettie à ces savants en toutes MATIERES, épistémologues, philosophes, voire théologiens, théoriciens, politiciens, experts de tous ORDRES, génies des sciences économiques et financières, ET/OU sorciers de L’USURE…

Plutôt que m’attacher à ce qu’ils proposaient, je préférai prendre garde à ce qu’ils faisaient. Non seulement parce que les actions qu’ils proposaient n’étaient pas en phase avec la réelle idée d’un collectivisme communautaire, mais surtout car à l’extérieur de leur parti, groupe, communauté et clan, ils oubliaient ce qu’ils n’avaient exprimé pour rendre la chose cohérente et omettaient ce qu’ils avaient récité, auparavant, en circonstances simiesques.

Cette particularité qu’ont tous les politiciens envers les experts en toutes doctes et réciproquement, m’a toujours laissé dans la même interjection, que celle d’un simulacre de façade orientée vers toutes opérations falsifiées aux obsécrations théologiennes se prétendant être au-dessus de la condition humaine du moment. Leur première loi est d’obéir aux coutumes du maitre des savoirs retenant en tout enseignement religieusement templier les conditions mêmes par lesquelles ils furent élus par leurs disciples pour les grâces suffisantes d’être instruit par un de leurs prosélytes…

N’est-il pas là perversité maligne à laisser croire choses indéfinissables, à celles et ceux qui dans leur propre existence ont déjà quelques jugements douteux dans la raison qui ferait qu’une orthodoxie soit, sans agitation de consciences, meilleure que de se laisser aller de sa propre inconstance à décider des choses, sans affection ni attention particulière, à ce qu’ils en prescrivent la valeur usurière de leurs congénères… ???

Ma tâche, plutôt qu’à essayer de vaincre la fortune, était de changer mes désirs sur le sort inéluctable à ne pouvoir y changer la fin, par un accommodement de ce qu’il m’était impossible de modifier des choses extérieures, et ainsi pour me rendre des entendements, inacceptables, à m’avouer que je n’étais pas au bon endroit avec tous les biens qui m’étaient hors de portée.

Il est certain que ce que nous considérons, chacun ET/OU chacune des choses du bien n’ont pas égalité dans la volonté immodérée à vouloir les posséder, surtout lorsque ce pouvoir nous est éloigné de notre souhait à s’en accaparer à n’importe quel prix ou valeur sacrificielle. Et ainsi considérer tous ces biens qui nous sont, dans l’instant, inaccessibles, comme réellement insuffisant à notre désir de conquête accaparante dans un présent qui nous fournis le confort suffisant ; car notre volonté à réaliser les choses de notre entendement n’est peut-être qu’une façon de désirer le superflu lorsque nous avons déjà le nécessaire.

Que n’est-il point-là travail utile, en ces sociétés modernes, pour ne pas être migrant en son pays… ?

Après 36 ans d’activité professionnelle, dont 33 dans les domaines de l’industrie et du bâtiment, j’ai acquis le statut de ‘’chômeur de longue durée’’. Adhérent au ‘’Pôle Emploi’’ depuis janvier 2013, ma recherche d’emploi est restée vaine et non à venue. J’étais devenu ‘’RSAyste’’ à plein temps jusqu’au 6 novembre 2016, date à laquelle j’obtins un Contrat Emploi Aidé aux Services Techniques de St Bonnet le Château jusqu’au 7 mai 2017. J’ai terminé ma période d’indemnisation chômage au mois de novembre 2017, et donc me suis retrouvé à faire une demande d’Assurance Spécifique de Solidarité, dont je ne réunis pas les conditions nécessaires à son obtention, et par conséquent je vais être dans la nécessité de me tourner, à nouveau, vers le RSA à partir de l’attestation de non recevabilité à l’ASS.

Ce n’était pas dans mon tempérament principal d’émettre quelques velléités envers certaines instances publiques de gestion administrative et économique, ou autres de mes congénères dotés de la pensée cognitive, mais j’avoue qu’à cette époque de changement, j’étais quelque peu remonté envers certains d’entre eux, dopés à l’esprit économiquement défiguré et sociologiquement décoloré!

J’avais perdu ce travail essentiel à vivre décemment dans ma zone de confort social économique suffisante et nécessaire à une vie digne et honorable, accompagnée des utilités indispensables à retrouver quelques rémunérations, en complément à cette activité d’écriture véritablement commencée début 2013, lorsque légèrement avant la perte de mon travail, cet état m’eut permis d’entrevoir les potentiels bénéfices du temps devenu, après avoir passé plusieurs décennies à essayer de le vaincre, plus respectueux des limitations de vitesse du mien.

Depuis le mois de janvier de l’année 2013, je m’étais inscrit comme demandeur d’emploi auprès du ‘’Pôle Emploi, qui avait me semblait-il pour fonction première d’en retrouver un pour ses adhérents, avec pour la mienne, le souhait évident de retrouver une activité rémunératrice dans mon domaine professionnel.

Après avoir égrené les premières années de ma vie à essayer d’appliquer les règles et théories éducatives destinées à toutes et tous dans le système socio-économico-culturel démocratique, puis avoir exercé mon métier pendant plus de 30 ans, je souhaitais me sortir de ce statut de chômeur bénéficiant uniquement du RSA, asservi à quelques avantages sociaux, où avant cet état d’assistanat économique, j’étais encore un professionnel du bâtiment avec pour spécialisation celle propre aux énergies, dont maintenant la principale était d’éditer mes compétences et mon cursus par cette suite chronologique nécessaire à l’établissement de mon profil, pour les professionnels du recrutement et les ressources humaines.

A savoir pour moi :

  • Naissance le 21 mars 1959 à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso. Au bout de ces trois années, nous revenions en France, ma mère, mon frère et moi, alors que notre père nous rejoignait tous les ans pour deux mois, lors des vacances estivales. Nous avons vécu de cette façon tous les trois jusqu’à l’été 1969. Cette année nous allions nous rapprocher de notre père. Notre lieu de destination était Pointe-Noire au Congo…

Eté 1972, retour en France.

– Education scolaire jusqu’en seconde technologique.
– Entrée dans le monde du travail en 1975 (confiserie – chocolaterie). Et oui, cela ne correspondait pas à mon apprentissage scolaire, mais je souhaitais travailler rapidement à cette époque.
– 1979, armée dans les transmissions pendant un an, mariage, et premier enfant en 1980
–  Apprentissage du métier de plombier – chauffagiste en CFPA, puis 2 ans d’intérim dans ce secteur
–  1982, embauche dans une société du secteur des énergies, plus celui du froid et de la climatisation. Exercice du métier de plombier – chauffagiste, avec cours du soir pendant deux ans afin d’apprendre théorie et pratique  nécessaire à la professionnalisation de celui de technicien en froid et climatisation
– Fin 1984, changement de société afin de faire évoluer ma carrière, deuxième enfant.
–   Eté 1986, accès à un poste de technicien SAV en froid climatisation, troisième fille.Ce sera la dernière. (Je les adore)
A partir de 1986, j’exerce différents postes dans le secteur de l’énergie en tant que technicien SAV, puis metteur au point d’installations, jusqu’en 1992. Je crée mon entreprise cette année-là, mais malheureusement ne possédant pas de réseaux commerciaux suffisamment denses, ainsi que des capitaux propres trop faibles et pourtant nécessaires à la création d’une entreprise, cela n’a pas été couronné du succès que j’escomptais. Mais cette période m’a permis d’analyser et comprendre certains éléments constitutifs et nécessaires à la gestion d’une société. Quoiqu’il en soit après être retourné en 1997 dans le secteur salarial en y exerçant divers postes tels que, chargé d’affaires, responsable d’agence, responsable technique, j’ai continué ma carrière professionnelle en tant qu’employé jusqu’au printemps 2005. Après une association ratée, et certains travers de la vie, j’ai intégré en 2008 une période sabbatique, pendant laquelle j’eus temps suffisant pour commencer l’activité d’écriture.

Puis afin d’essayer de palier à cette situation assez difficile financièrement, j’ai exercé mon activité dans le cadre d’un statut d’autoentrepreneur à partir de 2009, jusqu’en 2012. Enfin, pour des raisons d’ordre privées, mais pouvant être divulguées en d’autres circonstances, je suis venu m’installer à Montméal (42), et, je recherche depuis plus de quatre ans un emploi dans le secteur d’activité de la construction, la gestion technique d’opérations ou le développement et le suivi d’affaires dans le secteur énergétique de l’habitat et notamment en celles d’installations de systèmes de chauffage, climatisation, frigorifiques, ventilation, plomberie, électricité, ainsi que toute la synergie nécessaire à leurs mises en œuvre, techniques d’entretien et de dépannage avec comme spécifié par mon cursus professionnel, une expérience de 34 années, me permettant de prétendre à l’exercice d’un poste de chargé d’affaire, conducteur de travaux, responsable d’agence, ou technico-commercial. Sans bien sûr pour le moment, avoir obtenu une quelconque réponse positive, m’autorisant rémunération honorable et décente…

Je suis peut-être trop vieux ?

Mes compétences professionnelles et personnelles sont-elles mal vues… ???

Considérées comme instabilités ?

Ou alors cela tient-il à des causes que j’ignore, et peut-être assujetties à un système socio-politico-économique quelque peu hermétique à certains sujets… ; pragmatiquement trop qualifiés, mais dénués de diplômes validant ‘’hautes’’ études ou peut-être exagérément ouvert à concept universel permettant, en les imaginations tordues de la nébuleuse des ressources humaines de croire que les cadres et petits chefs n’auraient qu’une faible emprise envers ce type d’individus éclectique, et de par les illogismes intellectuels et suppositions vénères des politiques sociales-économiques pouvoir, sans analyse individuelle, prétendre que ces gens sortant du ‘’cursus standardisé’’ seraient obligatoirement ingérables ou alors de par les manichéismes corporatistes obsessionnels, ont-ils peur des confrontations quant aux véritables professionnels du monde de l’emploi et du travail… Hors asservissement clientéliste, ubérisation exaltée, productivisme despotique ou dumping social-économique déficient.

En conséquence, pour finir ma présentation, en parallèle à cette recherche d’un emploi rémunéré, j’exerce une autre activité, qu’il m’était difficile de pratiquer avant, par manque de temps, à savoir l’écriture. Aujourd’hui j’ai écrit trois manuscrits, dont pour chacun d’entre eux, j’ai eu joie à constater des propositions de publications positives, mais malheureusement, je n’ai réussi à trouver les ‘’accords’’ nécessaires et utiles à la diffusion de mes écrits avec un éditeur, notamment mon impossibilité à abonder à la participation financière demandée par les maisons d’édition ‘’classiques’’ (Variant de 1500 à 6000€ suivant les contrats de publication). J’ai travaillé deux ans avec une maison d’édition dite ‘’alternative’’ m’ayant répondu favorablement, en août 2013, pour mon premier manuscrit, et avec laquelle je pensais qu’il m’aurait été possible d’envisager un juste partenariat utile à la diffusion de mes écrits, notamment par le fait que cet éditeur ne demandait pas de participation financière, hormis celle nécessaire aux corrections dont je n’avais autres utilités que de réussir à les faire moi-même.

Au bout de deux ans, nous allions rompre notre collaboration, pour des causes évoquées dans : ‘’Le journal du sot inconnu dans le milieu éditorial’’. Ce qui me permettra de recouvrer l’intégralité de mes droits intellectuels, pour mon premier manuscrit : ‘’La clé du temps des murmures’’. Cela m’avait paru souhaitable, au regard de leur manque de considération envers l’auteur(e) inconnu(e), déjà partiellement entrevu dans leur contrat de publication, charte d’éditeur et une certaine forme de refus du format du futur livre déterminé par leur logique éditoriale, et auquel je ne souhaitais adhérer, le trouvant trop petit. Avec un prix de vente prohibitif, inadapté au juste montant de ce manuscrit… Car 76 € pour 425 pages, cela me semble totalement impropre à engendrer quelques ventes pour un premier livre, écrit par un apprenti écrivain et concepteur néophyte ; bien que paradoxalement cette éditeur alternatif permet l’accès à diffusion d’écrits d’auteurs(es) inconnus(es) pour un montant proche de la gratuité… Ont-ils pour des raisons, que j’ignore, pas voulu aller au bout du processus de publication… ? Ou alors ont-ils voulu par ce prix prohibitif, donner contraintes supplémentaires à diffusion de mes écrits, notifications, statuts et expressions… ???

Bon, il est vrai ; ce n’est pas un milieu facile que celui de la publication éditoriale ‘’médiatisée’’, surtout pour un auteur inconnu de 54 ans, apolitique et agnostique, en désaccord avec certains protectionnismes fermés à l’addition des meilleures attitudes et justes aptitudes, comme par ailleurs nombre de sociétés ‘’corporatistes’’ présentes dans beaucoup de secteurs géo-économico-sociaux, où le milieu éditorial en fait aussi partie, et souvent affilié à quelques viles politiques-élitistes. Je n’avais évidemment pas en ce début d’exercice d’écriture, toutes les connaissances et compétences nécessaires à en réaliser une composition suffisamment cohérente pour en imaginer la possibilité qu’elle puisse devenir un livre proche du désir subtil de la lecture. Mais au lieu d’évoquer des stratégies impropres à la diffusion d’un ‘’objet’’ non abouti, j’aurais préféré qu’il me soit signifié que mon manuscrit l’était aussi…

Outre la ferveur envers l’activité textuelle m’autorisant encore à écrire aujourd’hui, surtout en étant un inconnu dans la sphère livresque, je me dis que c’est en forgeant que l’on devient forgeron, avec pour fondement principal donnant pour l’instant, impossibilité à édition et diffusion de mes manuscrits, celle de ne toujours pas avoir les finances nécessaires et indispensables à souscrire à un contrat de publication, auprès des professionnels reconnaissables dans la jungle de l’édition traditionnelle ou alternative… ; sérieux et compétents, mettant un œuvre une certaine forme de véritable et sincère partenariat avec l’auteur(e) non médiatisé(e)… Entre aujourd’hui et le commencement de cette écriture, outre les trois ouvrages déjà réalisés, je continue cet exercice didactique que j’aime tout particulièrement. Cette activité facilitée en termes de temps disponible, initialisée en partie par le statut de chômeur de longue durée que je suis devenu permet à mon esprit, par transmissions des informations présentes sur les différentes chaînes médiatiques, encadrées par quelques recherches complémentaires et autres lectures, accompagnées par d’excellents et enrichissants échanges rédactionnels sur les différents réseaux sociaux, d’entrevoir les mauvais et néfastes comportements de ces entités politico-économico-financières considérant certaines classes sociales, catégories, genres comme éléments humains dotés d‘incapacités de travail, voire socialement inutiles, et dont leurs représentants sans emploi sont pris pour des inutiles profitant de l’assistanat social, auxquels pourtant, certains, avant d‘en bénéficier y ont cotisés quelques années…

Après toutes ces contraintes et difficultés ne m’ayant pas permis de réintégrer le milieu de l’emploi, j’ai  décidé, à partir du début d’année 2018, de créer ma propre activité professionnelle. L’objet de cette entreprise est spécifié un peu plus loin dans ce dossier, ainsi que sur le site : www/lamarante-des-artisans-français , où il est possible de consulter son utilité, son altérité en terme de conseil et expertise,  principe de fonctionnement et  mode d’application dans les domaines de l’agriculture,  divers secteurs de l’élevage, l’agroalimentaire, transformation des matières premières et commerce au rapport de la charte de L’AMARANTE DES ARTISANS FRANÇAIS.  Le site internet a déjà été créé afin de protéger le nom de domaine. Toutes les informations nécessaires et complémentaires sont éditées dans  les pages suivantes de ce document. Diapositive36

Diapositive13

LIVRES & LIENS

La planète financière  41f5sBPzEvL._SX312_BO1,204,203,200_ dire-non-ne-suffit-plus-2 9782738133847_1_75 la-fabrication-de-l-ennemi-ou-comment-tuer-avec-sa-conscience-pour-soi-337669-250-400 9782749102665.jpg

La-face-cachee-d-Internet La guerre secrète du pétrole Le monde est clos et le désir infini

La-Fracture 9782262023324

250px-Social_contract_rousseau_page 51Oou-LHuFL._SX302_BO1,204,203,200_ bm_16837_1002631.jpg

Laisse moi te raconter les chemins de la vie L-alchimiste Desolee_je_suis_attendue_hd

Le monde sophie Le journal intime d'un arbre Le manuel du guerrier de la lumière

La petite voix 9782862746623.jpg Feu de tout bois

20171103_080148.jpg Contre la pensée unique 41JNMngvsDL._SX302_BO1,204,203,200_

0455362 Comment-vivre-au-temps-du-terrorisme.jpg

5emeaccordT 412XNTGrBUL._SX210_.jpg  nous_sommes_comme_des_livresUniversalis

Diapositive18

Diapositive19

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close